• Pauline T

Comment améliorer son orthographe ?

Mis à jour : 28 août 2019

Les leçons d’orthographe sont vos pires souvenirs d’école ? Pourtant, devenu adulte, progresser en orthographe s'impose à vous avec la nécessité d'entretenir une correspondance professionnelle au quotidien, de rédiger des mails envoyés à vos collaborateurs ou encore de défendre vos droits par écrit auprès de divers organismes. Voici comment devenir bon en orthographe et surtout vous réconcilier avec notre belle langue française !


La remise à niveau en orthographe passe par quelques efforts, vous allez devoir vous exercer en français. La bonne nouvelle est qu'il existe des outils d’entraînement en orthographe accessibles en ligne et gratuits. Cela peut être des exercices de grammaire, de conjugaison et d'orthographe, avec explication des règles ou énonciation de moyens mnémotechniques. Cela peut être aussi des vidéos YouTube pour prendre des leçons d'orthographe de manière ludique et rapide. Vous trouverez aussi des dictées à faire sur Internet.


Mais devenir imbattable en orthographe ne se fait pas du jour au lendemain et s'attaquer à des exercices de langue française peut être démoralisant. Alors, je vous conseille de retomber en enfance et de reprendre goût à la lecture et à l'écriture. Oubliez le temps où on vous obligeait à lire des livres qui ne vous intéressaient pas. Flânez dans les rayons d'une librairie ou d'une bibliothèque, flairez l'odeur du papier ancien ou sorti de presse. Et surtout, prenez Le livre, celui que vous avez envie de lire. Peu importe, celui avec beaucoup d'images, celui avec des bulles, celui passionnant, celui impressionnant, ou celui qui vous redonne le sourire parce que la couverture est vert pomme ou rose fluo... Oubliez les jugements du genre « Mais une bande dessinée, ce n'est pas un livre ! Mais l'autobiographie de Bubulle, ce n'est pas de la littérature ! » Oubliez toutes ces remarques désobligeantes qui vous ont privé de moments de lecture délicieux. Laissez Flaubert ou Racine dans leurs rayons s’ils ne vous attirent pas pour le moment.

Puis allez au rayon stylos et carnets... Choisissez ces deux objets magiques qui vont devenir vos alliés dans l'apprentissage de l'orthographe. Mais vous ne savez pas écrire ! Eh bien, vous allez apprendre !

Vous vous attendiez à un programme de dictées chaque lundi matin... Loupé ! Vous perfectionner en orthographe n'est pas encore au programme. Je vous invite à redécouvrir les mots. Les outils indispensables pour cela sont ce livre, ce stylo et ce carnet. Il n'y a qu'en forgeant qu'on devient forgeron.


Pourquoi acheter un livre ? Pour lire ! Plus précisément pour réapprendre à lire en vous arrêtant sur chaque mot s'il le faut, pour l'observer comme si vous ne l'aviez pas vu depuis des années. Avouez d’ailleurs que c'est un peu le cas. Vous allez me dire que vous savez lire, c'est bien le problème, quand on sait lire, on ne voit plus les mots, on les fait défiler sous nos yeux et on finit par les négliger, alors pause ! Revenez au début de la ligne. Avez-vous bien regardé chacun des signes de ce joli mot ? Non ? Alors, lisez signe après signe, mot après mot. À chaque phrase, sa ribambelle de questions : pourquoi cette orthographe ? Quel est ce temps ? Quelle est la signification originelle du mot ? Je vous conseille de lire quelques pages par jour, seulement quelques pages en vous arrêtant sur les mots. Demandez-vous si vous auriez écrit chaque mot avec cette graphie, oui… non… vous ne savez pas trop… À chaque hésitation, à chaque rencontre d’un mot-difficulté, saisissez-vous de votre stylo et de votre carnet, et rendez-lui ses lettres de noblesse à ce mot qui vous était étranger il y a quelques secondes. Écrivez-le avec la « bonne » orthographe.


Pourquoi acheter un stylo et un carnet ? Pour écrire ! Décidément, je n'ai rien compris, vous ne savez jamais quelle orthographe choisir ! Eh bien, c'est le moment de vraiment vous poser la question, avec la bonne méthode d'amélioration de l'orthographe. Celle qui consiste à ouvrir un dictionnaire... Vous avez bien lu, vous allez devoir consulter un dictionnaire à chaque difficulté pour écrire un mot. On ne vous demande pas d'écrire des pages et des pages par jour, mais le nombre de lignes que vous aurez envie d'écrire. Personne au-dessus de votre épaule pour vous mettre un zéro pointé. Juste vous, la page blanche et ce stylo guidé par votre nouvel amour de la langue française. Oubliez les tests orthographiques qui visent la performance, qui vous renvoient en pleine figure vos lacunes, qui vous stressent et vous font revivre vos dictées à 20 fautes. Non, pensez aux mots que vous voulez écrire, consultez le dictionnaire, écrivez le mot correctement et à la fin de cet exercice, vous aurez une belle page bien écrite, que vous aurez sûrement plaisir à relire un peu plus tard. Relisez le texte comme le ferait une correctrice-relectrice, en vérifiant chaque signe, en ouvrant le dictionnaire à chaque aveu d'ignorance. Peu importe le sujet, vous, la vie, tout et rien. Écrivez, faites toutes les ratures que vous voulez, cette page que vous avez écrite, avec toutes ces reprises, elle est belle, parce que c'est vous qui l'avez écrite, parce que toutes ces ratures sont les preuves noir sur blanc de votre progression. L'heure n'est pas à la mémorisation, l'heure est à la découverte du mot. Je me souviens de ma prof d'anglais qui nous disait qu'il fallait oublier sept fois un mot pour le retenir. Alors, retenez-le dans votre vie, croisez-le au hasard d'une page, laissez-le revenir, accordez-vous du temps, à vous, à lui.


Allez à contre-courant des injonctions de rapidité, de réussite en orthographe. Et si devenir bon en orthographe, c’était s’avouer qu’on ne sait pas… Ne plus se précipiter à écrire et cesser de prier pour que ce soit l’écriture correcte… Vous connaissez la slow attitude ? Quelque chose me dit que vous réconcilier avec l'orthographe et le français de cette façon va devenir un art de vivre, celui de lire et d'écrire avec plaisir. Cette approche du mot est beaucoup plus naturelle que toutes les méthodes d’apprentissage de l'orthographe payantes et formatées que vous pouvez trouver sur Internet ou dans le milieu de l’entreprise, la seule règle est la régularité. Un petit temps quotidien consacré aux mots. Peu importe le support, si le livre vous effraie encore, cela peut être un article de journal traitant d’un sujet qui vous intéresse. Mais tout est dans la symbolique : aller dans une librairie, de ne pas avoir peur du livre, en choisir un et en faire son compagnon de route pendant des jours, des semaines ou des mois. Il faut écrire dans votre esprit que lire un livre, ce n’est pas réservé aux autres. Tout comme le carnet d’écriture. L’autre avantage de cette méthode régressive est qu’elle inclut l’écriture, car dans les méthodes actuelles proposées vous aurez recours au clic pour choisir entre plusieurs réponses. Tout est bon pour vous faire croire que la réussite n'est qu'à un clic. Le plus contre-productif est la saisie du mot dans les moteurs de recherche, car vous avez autant de chances de trouver le mot bien écrit que de risques de le récupérer mal écrit. Et où est l’effort ? Et que devient l’acte d’écriture, qui participe au processus d’assimilation de l’orthographe ? Quand vous écrivez un mot, vous le faites vôtre. Et vous lui accordez toute votre attention. Les dictionnaires doivent devenir vos nouveaux amis. En passant d’un mot à l’autre, le temps de lecture quotidienne s'allongera sans plus d'effort. Votre culture générale s’élargira par la même occasion.


Même réserve au sujet des logiciels de correction, à moins d’être dans une démarche constructive, c’est-à-dire de prendre le temps de lire les notes explicatives, cela vous fera gagner du temps, effacera les fautes les plus courantes et grossières, mais qu’aurez-vous appris ? Et comment dépasserez-vous cette phobie du mot, cette appréhension de devoir écrire quand une personne est à côté de vous, quand vous n’avez pas la possibilité d’activer ce correcteur automatique ?


Bien sûr, toujours à votre rythme, lors d'une seconde phase, des temps de lecture sans réfléchir sont conseillés. Laissez faire votre cerveau, assimilez l'orthographe des mots sans vous en rendre compte. L’important est de comprendre qu’un apprentissage sans lecture est illusoire, qu’écriture correcte rime avec lecture régulière.


Il est aussi peut-être temps de faire une lecture de votre histoire avec les mots. Pourquoi et à quel moment vous êtes-vous fâché avec eux ? Quelle est votre relation avec eux ? Ce sera sûrement très salvateur et libérateur. Sentez-vous libre d’écrire un nouveau chapitre de cette histoire. Rien n’est gravé dans le marbre. Vous n’êtes pas condamné à faire des fautes d’orthographe ad vitam aeternam.


Je n'ai aucun souvenir de mes leçons d'écriture ou d'orthographe, pour moi cet apprentissage est passé comme une lettre à la poste. Je sais aujourd'hui que le miracle de l'apprentissage s'est produit grâce à ma mère – et je ne l'en remercierai jamais assez –, qui m'a mis entre les mains des livres dès mon plus jeune âge. De cela, j'en ai le souvenir. Des trocs de livres qu'elle faisait pour moi afin de suivre mon rythme effréné de lecture... Je prends maintenant beaucoup de plaisir à flâner chez un bouquiniste ou dans une librairie pour, à mon tour, lui choisir des livres. Si ce premier apprentissage de l'écriture ne m'a pas posé difficulté, encore aujourd'hui et pour toujours, je n'imagine pas entreprendre l'écriture de lignes sans avoir un dictionnaire à mes côtés. Pourquoi me priverais-je d'une telle source de savoirs ? D'une aide si précieuse ? Pourquoi fermerai-je la porte à de nouveaux apprentissages ? Il n'y a pas d'un côté les gens qui savent écrire et qui n'ont plus besoin de dictionnaire et de l'autre les gens qui ne savent pas écrire et qui devraient se cacher pour consulter un dictionnaire. Soyez fier de vos dictionnaires et de vos manuels d'orthographe !

Et ne demandez pas à un enfant de bien écrire si vous ne lui avez jamais mis un livre dans les mains, et n’attendez pas l’école pour cela. Et n'imaginez pas apprendre l'orthographe sans aller à la rencontre des mots, sans prendre le temps de les aimer, ils ne sont pas vos ennemis. Vos ennemis sont les correcteurs qui soulignaient en rouge – ou soulignent encore – vos fautes en accompagnant les corrections de remarques dévalorisantes.


En aparté : Un petit rappel de la définition du mot féminin orthographe.

« Manière d'écrire un mot qui est considérée comme la seule correcte. »

Comprenez qu’écrire « bonne orthographe » est un pléonasme. Si vous ne connaissez pas ce mot… vous savez ce qu'il vous reste à faire !





0 vue