Titre 3

Éthique du correcteur 

Respect de l'écrit et de l'auteur

Le travail du correcteur ne consiste pas à dénaturer le texte qui lui est confié. L'intervention du professionnel de l'écrit doit être aussi discrète que pertinente. Les remarques adressées à l'auteur sont exprimées dans la bienveillance. L'écrivain est seul maître de son œuvre écrite. Il lui revient de suivre ou non les préconisations du correcteur.

Propriété intellectuelle et confidentialité

Les textes corrigés sont et restent la propriété de l'auteur. Les fichiers ne sont ni sauvegardés (après la prestation), ni divulgués sous quelque forme que ce soit. Ils ne font l'objet d'aucun traitement par un prestataire externe ou sous-traitant. Vous êtes libre de mentionner le nom du correcteur lors de la publication du texte. 

Respect des délais du texte corrigé

L'une de mes priorités, avec celle de fournir un travail de relecture de qualité, est de rendre le document corrigé à la date convenue entre correcteur et auteur. Le travail de correction n'est pas compatible avec la précipitation. Il est donc primordial de s'entendre sur un délai qui réconcilie vos impératifs calendaires et mon rythme d'exécution. 

Communication entre correcteur et auteur

Une interlocutrice unique et un service personnalisé. Vous ne perdez pas votre temps à chercher qui suit votre « dossier ». Je suis à l'écoute de vos difficultés et de vos ambitions. Que vous me présentiez un projet rédactionnel balbutiant ou avancé, l'important pour moi est d'être un maillon fiable de la chaîne éditoriale. Et cela passe par la communication entre auteur et correcteur.